mercredi 29 janvier 2014

Protocole de l'ONU pour les droits de l'Enfant

L'UNICEF et les défenseurs des droits de l'enfant ont salué mardi la prochaine entrée en vigueur du troisième protocole facultatif à la Convention de l'ONU sur les droits de l'enfant.

Le protocole établit une procédure de communications et protège expressément le droit des enfants à une voie de recours en cas de violation de leurs droits. Grâce à la ratification du protocole par le Costa Rica, intervenue mardi, cet instrument juridique entrera en vigueur en avril.

En vertu de ce texte, les enfants à titre individuel ou les groupes d'enfants seront en mesure de déposer des plaintes concernant des violations spécifiques de leurs droits aux termes de la Convention relative aux droits de l'enfant, du protocole sur les enfants dans les conflits armés et du protocole concernant la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants.

Le troisième protocole renforcera les mécanismes de responsabilisation. Cette mesure permettra non seulement d'aider à identifier les lacunes des systèmes judiciaires pour les enfants au niveau national, mais également d'appuyer les institutions indépendantes de défense des droits fondamentaux des enfants, comme le demande la Convention relative aux droits de l'enfant entrée en vigueur en 1989, a indiqué l'UNICEF.

Obligation pour l'Etat

Le Comité des droits de l'enfant peut prendre des mesures pour protéger les enfants qui déposent des plaintes contre d'éventuelles représailles, en demandant à l'Etat de prendre des mesures provisoires pour protéger l'enfant ou le groupe d'enfants. Au cas où l'Etat en question est jugé coupable d'avoir violé la Convention, il sera obligé de mettre en oeuvre les recommandations faites par le Comité.

Toutefois, seuls les enfants dont les gouvernements ont ratifié le protocole facultatif établissant une procédure de communications peuvent déposer une plainte au Comité des droits de l'enfant, constitué de 18 experts indépendants.

Les pays qui ont ratifié le troisième protocole facultatif à ce jour sont les suivants : Albanie, Allemagne, Bolivie, Espagne, Gabon, Monténégro, Portugal, Slovaquie, Thaïlande et Costa Rica. Il fallait dix ratifications pour l'entrée en vigueur du texte. (d'aprés agences, ats/Newsnet)

Nous attendons avec impatience que la France, la Belgique, la Conféderation Helvetique et le Grand Duché du Luxembourg ratifient ce protocole afin de permettre aux enfants des pays francophones européens de porter plainte contre les abus et crimes commis souvent par complicités des institutions de nos pays.

lundi 17 juin 2013

Prevensectes: SRCM: Shri Ram Chandra Mission, spécialisés dans l...

SRCM: Shri Ram Chandra Mission, spécialisés dans l'enlèvement d'enfants...: L'histoire suivante est le modèle type, personnalisable, à chacun des adeptes de la SRCM (d'un certain rang). La SRCM (Shri Ram Chandra Mission que les adeptes = abbhyasis nomment "sahaj marg") ...
...


Une mère de famille, a été condamnée les 05 Juillet 2012 (Tribunal Pour Enfants de Paris), et 27 Novembre 2012 (Cour d'Appel de Paris); à ne plus être en contact avec son fils, alors âgé de 2 ans, pour l'avoir exposé à des dangers tant physiques que psychiques, et préparé son enlèvement vers "l'école" OMEGA SCHOOL - cellule d'embrigadement des enfants - de la SRCM.

mardi 19 mars 2013

Printemps des Parents & Grands-Parents responsables

Pour le respect et l'application URGENTE par l'appareil judiciaire de la CIDE Convention Internationale des Droits de l'Enfant.

Pour la déjudiciarisation des divorces / séparations (non réellement contentieux) http://dejudiciarisation.free.fr

Pour la Médiation Familiale conventionnelle hors champs de bataille judiciaire.

Pour une saine coparentalité dans l'intérêt authentique de l'Enfant du divorce www.sos-enfants-du-divorce.fr
Et comme le dit Mme la Députée de Nouvelle-Calédonie, nous sommes bien evidemment en faveur de l'égalité parentale et son respect par nos administrations : maman = papa

Dans le cadre de l'autorité parentale conjointe les parents sont souverains quand aux modalités d'exercice de la résidence et d'hébergement de leurs enfants aprés une deliaison conjugale pacifique et responsable.

Précision:
Arrêtez le massacre sémantique et la maltraitance verbale de nos enfants Mmes & Mrs les politiques, il faut dire pour respecter les enfants du divorce RÉSIDENCE ET HEBERGEMENT (alterné, paritaire, principal...)
Depuis 1987 avec la loi Malhuret le terme de "garde" a été retiré du code civil, depuis 1993 il a même été proscrit d'usage car considéré comme belliqueux, il torture les oreilles des enfants du divorce.

samedi 21 avril 2012

La Justice ne veut pas libérer le gourou violeur

Gabriel Loison reste en prison, sur décision de la cour d'appel. Jeudi, il a répété qu'il avait « fait du bien » à sa victime, une Nazairienne violée en 2010 à l'âge de 13 ans.
Collier de barbe blanche et voix bien assurée, Gabriel Loison porte beau ses 72 ans. Jeudi, devant la chambre de l'instruction de Rennes, il a répété : « Je ne suis pas un gourou ». Pourtant, Les Jardins de la vie, qu'il avait créés il y a longtemps, ont été classés comme secte, en 1995. Avant d'être dissous.
Depuis, celui qui se définit comme « un humaniste sans complaisance » a fondé « l'Université de la nature, de l'écologie et de la relation », mouvement qui aurait des adeptes en Bretagne et en Pays-de-la-Loire. « Il s'agit d'une organisation sectaire, qui vit au crochet de gens fragiles et manipulés, et qui en profite pour commettre des abus sexuels », a dénoncé l'avocate générale, Fabienne Fiasella.
Sexe et argent ? Gabriel Loison et sa compagne proposaient en effet des stages en Espagne, au Maroc ou au Costa Rica. Facturés 3 000 €, tout de même. C'est à un de ces stages qu'un couple de Nazairiens avait emmené sa fille. Cette mère et ce père, qui ont pourtant suivi des études supérieures, « ont été aveuglés par M. Loison, au point de mettre en danger leur fille », accuse l'avocate générale.
Ni regret, ni émotion
En septembre 2010, l'adolescente âgée de 13 ans était revenue, seule, à un stage de trois semaines. Pendant lequel elle a été agressée et violée par Loison et sa compagne de 36 ans. « C'était un stage d'initiation à la sexualité, car le sexe aide à grandir », avait déclaré Gabriel Loison après son arrestation, le 24 mars 2011 à Madrid.
Le gourou est aujourd'hui mis en examen pour « viols, agressions sexuelles, abus de faiblesse, corruption de mineurs, escroquerie et proxénétisme ». Sa compagne a été provisoirement libérée par le juge d'instruction nantais, voici quelques semaines. Mais hier, la chambre de l'instruction de Rennes a rejeté la demande de liberté de Gabriel Loison. D'autant qu'il a, en audience publique, persisté : « Avant le stage, l'adolescente ne s'aimait pas, elle ne se sentait pas femme. On lui a fait du bien. » Ni regret, ni émotion.
Ce n'est pas du tout ce que disent les experts, qui parlent d'une adolescente « à l'abandon, qui a perdu confiance envers les adultes ». D'autres experts dépeignent Gabriel Loison comme « un pervers manipulateur et exhibitionniste ». Le procès du couple devrait avoir lieu devant les assises de Loire-Atlantique.
Michel TANNEAU.


dimanche 19 février 2012

Lettre ouverte aux candidatEs à la Présidentielle

CherEs amiEs virtuels, journalistes et groupes politiques,

Comme vous le savez probablement, nous sommes une association indépendante, laïque, aconfessionnelle et apolitique de parents affectés avec des Enfants soumis contre leur gré en danger sectaire. Vous pouvez visiter ici notre site principal.

Nous souhaiterions connaitre les propositions de vos candidatEs à la Présidentielle afin de lutter réellement contre les dérives sectaires ou faussement religieuses extrémistes qui se moquent de la laïcité, portent parfois atteinte à la sécurité nationale et mettent en péril nos institutions.
(le Député JP Brard demande une commission d'enquête Parlementaire visant à analyser l'infiltration sectaire de l'administration depuis 2000).

Quels moyens/lois envisagent-elles/ils de faire voter afin de condamner rapidement et stopper la pedocriminalité sectaire dans le cas ou ils seraient éluEs? (il est à remarquer que pour la première fois depuis 20 ans, cette legislature n'a pas eu sa commission d'enquête Parlementaire sur les "sectes")

Nous vous remercions pour vos réponses par retour, twitter: @EuroParental ou encore courriel
Nous nous chargerons de faire l'écho de vos réponses, remarques et commentaires auprès de nos adhérents, sympathisants, l'ensemble de la presse et les associations honnêtes du terrain de la prévention du phénomène sectaire (en copie).

Vous êtes les bienvenuEs à faire partager au plus grand nombre de nos concitoyens ces questions qui nous préoccupent toutes & tous en tant qu'électeurs, parents responsables et pour le futur de nos enfants.

Bien à vous, le réseau Parental France

 
Questions aux presidentiables


A lire: Sondage IPSOS/SIG : le phénomène sectaire, une réalité concrète pour près de 15 millions de français

Fil de commentaires sur nos réseaux soucieux twitter, FB, Netlog...:

  • Vous et 42 autres personnes aimez ça.
  • 56 partages
    • Réseau Parental Europe ‎15 millions de nos concitoyens sont concernés par les dérives sectaires destructrices, de 80000 à 100000 mineurs mis en péril au quotidien... in MIVILUDES a partager sur vos murs si vous nous soutenez dans cette démarche http://www.facebook.com/notes/r%C3%A9seau-parental-europe/lettre-ouverte-aux-candidates-%C3%A0-la-presidentielle/10150614017422087 Merci

      15 mars, 11:09
    • Réseau Parental Europe Pour comprendre nos demandes de positionnement des candidats à l'election suprême de notre république laïque devenue apostolique avec des membres de l'opus dei et un pasteur evangeliste Ministres http://www.lesinrocks.com/actualite/actu-article/t/64872/date/2011-11-29/article/lenfer-des-beatitudes/ mais rassurez-vous, une ancienne présidente de l'UNADFI dans les années 80 en était aussi, c'est pas mimi ça !
      www.lesinrocks.com
      Retrouvez sur lesinrocks.com les articles sur Bayrou qui avoue son appartenance aux béatitudes groupe sectaire pedocriminogène!
      15 mars, 17:01
    • Wendy: Villepin a répondu? il a dis quoi? bien que je n en crois aucuns d entre eux,j aimerais savoir ce qu ils en disent..parcequ il est clair que c est un problème catastrophique! dont ils se foutent royalement!
      17 mars, 15:16
    • Réseau Parental Suisse
      Des effets de manche, Villepin est un avocat. sarko aussi. Hollande fréquente les avocats et était marié à une avocate. Eva Jolly est juge. mellanchon est hyper-féministe judiciarisant. La Pen est avocate. le procureur Bilger (deveu chroniqueur à RTL) soutient B...Afficher la suite
      17 mars, 18:40
    • Réseau Parental Europe: La prise de conscience de la dangerosité du phénomène sectaire chez les français http://www.facebook.com/notes/réseau-parental-europe/sondage-ipsossig-le-phénomène-sectaire-une-réalité-concrète-pour-près-de-15-mill/456270106008
      D’après un sondage IPSOS/SIG (Service d’information du Gouvernement) réalisé à la demande de la MIVILUDES.org
      21 mars, 17:07
    • Réseau Parental Europe: Des candidats à la présidentielle pourraient-ils s'avérer dangereux pour la sécurité nationale? Exemple: http://www.scoop.it/t/lyndon-larouche-et-jacques-cheminade-illusions
      www.scoop.it
      Mouvement larouchiste. Activité sur le web. Leurs écrits. Leurs vidéos. Références bibliographiques
      21 mars, 17:09
    • Réseau Parental Europe: Alors la complaisance, collusion ou instrumentalisation sectaire de nos oligarques pourrait-elle s'avérer dangereuse pour les enfants de la République? Exemple: www.lexpress.fr/actualite/politique/bayrou-entre-foi-et-loi_1056393.html
      www.lexpress.fr
      Il ne transige pas sur la laïcité, même si son engagement s'enracine dans ses valeurs chrétiennes. Comment François Bayrou s'efforce-t-il de distinguer le croyant de l'homme politique? Enquête.
      21 mars, 17:10
    • Bruno: trop de collusions et de complicités au plus haut de l'état... qui est cet ethiopathe qui vient plusieurs fois par semaines à l'Elysée?
      22 mars, 23:51
    • Nicole: Je partage avec plaisir et conviction...
      1 avril, 16:21
    • Helene: Comment faire lorsqu'un enfant est traumatisé par sa maman il est mineur âge de 11ans la greffier à repondu ce n'est pas à don âge de prendre sa décision quel son les lois pour protéger l'enfant pour que le papa puisse reprendre son enfants plusieurs plainte on été déposer au commissariat oour mal traitance
      Merci
      9 avril, 12:22
    • Réseau Parental Belgique: Les tribunaux sont sans foi ni loi, Madame Helene: Quand une mère est maltraitante, l'enfant est "confié à la DDASS" C'est la façon de faire des affaires et de de maintenir ce système managérial sans pères ni repères. Ne faites pas confiance à l'appareil judiciaire: vous serez constamment déçue, mais pas vos avocats.
      9 avril, 13:04
    • Helene: Merci beaucoup pour vos renseignement
      Cordialement
      Ln
      9 avril, 13:17
    • Marie militante UMP: écoutez je n est pas tres bien compris pourquoi aujourd hui vous parlez de ce sujet qui est grave au moment ou il y a les votes électorals pourquoi n écrivez vous pas au futur nouveau président qui va etre élu parce la vous nous culpabilisez .je sais qu il a des enfants maltréter mais comment faire. vous faite quoi vous nous demandez de mettre ça aussi sur le dos du président , se n est le sujet pour le moment .
      16 avril, 14:59
    • Réseau Parental Antilles
      Comme à toutes et tous les candidats nous avons sans relâche posé la question depuis janvier dernier, mais aucunEs n'a daigné répondre hormis M. de Villepin. Cependant, force est de constater que cette legislature n'a pas eu sa commission d'enquête Parlementaire sur les sectes pour la première fois depuis 1992
      23 avril, 00:56
    • Damien: Bravo je vous soutiens pour votre lettre (pas étonnant qu'ils ne vous répondent pas ils sont tous mouillés con-fraternellement cette bande de baltringues / bavards / affairistes), je la partage sur les murs des politiques que je connais.
      24 avril, 14:46
    • Helene: Aucunes personnes de c politique non pensé au handicapés nos pension sont dérisoires une fois les charges payé je n'ai plus de quoi manger et nous sommes des millions dans mon cas. C lamentable.
      24 avril, 15:28 via sms
    • Réseau Parental France
      Nous l'avons envoyé à toutes et tous les candidatEs hormis les sectaires avérés comme Bayrou (qui déclarait recemment sur Canal+ appartenir avec sa femme à la communauté sectaire pedocriminogène des béatitudes depuis 30 ans); La Pen et au g...Afficher la suite
      26 avril, 07:48
      Xavier: Il apparait bien que différents corps de nos institutions sont infectés par le sectarisme, notamment l'éducation nationale. C'est donc normal de poser des questions aux politiques et notamment dans un contexte électoral, seul moment de leur vulnérabilité très relative.
      26 avril, 11:01
  • Christelle: bien sur qu'ils en ont rien à foutre !
    lundi, à 13:20
  • Christophe: Je crains qu'ils n'aient perdu contact avec leur métier, en n'étant plus occupés qu'à plaire ...
    lundi, à 22:53
  • Christelle: à plaire et à prendre la place tant convoitée sur le trône ...
    lundi, à 22:54
  • Christophe: La démocratie se prend les pieds dans une contradiction : gouverner c'est déplaire, mais pour être élu, il faut plaire...
    lundi, à 22:58
  • Christelle: Gouverner c'est déplaire oui un peu comme mettre les limites et instaurer des règles à respecter pour ses enfants on se fait aussi un peu détester mais sans discipline ni respect des règles c'est l'anarchie, pas d'apprentissage correct. Quand même je suis sidérée de voir le peu d’intérêt que ces hommes portent à nos existences ....

mardi 19 avril 2011

La sombre fin de carrière du gourou indélicat

Arrêté en Espagne, un homme de 71 ans est accusé de plusieurs viols. Epopée dramatique d'un profiteur du « new age ».

Voilà peut-être le mot de la fin d'une carrière riche en rebondissements. Le 24 mars, à Jaca, une petite ville d'Espagne proche de la frontière française, les hommes de la Guardia Civil accompagnés de policiers de l'Office central de répression des violences aux personnes (OCRVP) et du SRPJ de Pau arrêtent Gabriel Loison, 71 ans, et sa compagne, 37 ans, de retour du Costa Rica. Depuis, à la demande des autorités françaises, il a été extradé le 11 avril et écroué à Nantes, mis en examen pour des faits de viols et d'agressions sexuelles. Sous le coup de six plaintes, déposées pour escroqueries, abus de faiblesse, abus de confiance.

Entre autres faits, Loison est soupçonné du viol d'une jeune Nantaise de 14 ans, revenue de Jaca en septembre dernier d'un « stage » qu'elle suivait avec sa mère. C'est son grand-père, qui pressentait un trouble, qui a réussi à faire parler la jeune fille, avant d'alerter Réseau parental Europe (RPE), association de défense et de protection de l'enfance et de déposer plainte. Une autre plainte pour des faits similaires en 2008 avait été déposée par une femme de 28 ans en décembre.
Espagne, Maroc, Costa Rica

Car Gabriel Loison est soupçonné d'exercer une profession bien particulière, celle de « gourou » de « l'université de la nature, de l'écologie et de la relation », une association proposant une « pause dans la frénésie sociale actuelle », pour aborder « un chemin plus en conscience du vivant ». En clair, les initiations étaient dispensées d'abord en France dans une maison de Saint-Brevin-les-Pins (Loire-Atlantique), à Jaca en Espagne, dans un gîte d'une palmeraie de Taroudant (Maroc) ou au Costa Rica, dans une propriété, la Finca Huetares. Au programme, et pour quelques milliers d'euros, rapprochement de la nature, partage, hypnose. Françoise, la sœur d'une femme de 62 ans que Gabriel Loison est soupçonné d'avoir pris sous sa coupe, se souvient, pour l'avoir rencontré, d'un homme peu avare de « théories très très spéciales. Ma sœur s'est laissée pousser les cheveux jusqu'à la taille parce que les femmes, selon lui, sont les antennes de la terre. Ils ont vécu quatre mois ouvertement ensemble, puis elle a été mise à l'écart. Lui vivait en permanence avec six femmes qui le suivaient partout. [...] En novembre 2009, elle a passé un mois au Costa Rica, mais elle ne veut rien dire de ce passage. »
« Le petit n'avait plus de lait »

J., un plaignant vendéen, estime quant à lui l'avoir échappé belle : « La mère de mon fils de 24 mois voulait l'emmener au Costa Rica, début janvier. Elle était déjà allée quatre jours en Espagne, puis vingt et un jours au Maroc. Là, Gabriel Loison voulait que mon fils soit du voyage au Costa Rica pour, selon lui, « couper les mémoires antérieures à la grossesse ». Mon ex-compagne ne mangeait plus de viande, le petit n'avait plus de lait... » Apprenant ce projet de voyage, ce père inquiet obtient d'un juge aux affaires familiales une ordonnance d'interdiction de sortie du territoire un mois avant, en décembre. « Nous étions derrière Gabriel Loison depuis cinq ans, explique Michel Gilbert, président de Réseau parental Europe. A notre connaissance, c'est le quatrième père de famille dont les femmes suivent Loison, et essaient d'y emmener les enfants. »
Passé de braqueur

Avant d'ouvrir cette université de la relation – ou ses filiales, La Maison des Arômes, La Casa de la Humanidad –, Gabriel Loison avait été remarqué pour Les Jardins de Vie, qui proposaient des stages similaires. Un mouvement classé comme « secte » dans un rapport ministériel de 1995. « Il se présentait comme psychologue, puis comme analyste, thérapeute, anthropologue, biorythmologue », raconte une religieuse et assistante sociale qui, en 1984, a participé à différents stages. Elle le décrit comme « un baratineur qui vous noie de paroles. Les stages étaient séparés entre des entretiens et des exercices dans la nature. Certaines séances se déroulaient assis nu par terre, en écartant les jambes... » Plus tard, elle portera plainte pour des agressions sexuelles et un viol, à plusieurs reprises, jusqu'à un non-lieu prononcé en 2004. En 1988, à Saint-Jean-de-Fos (Hérault), deux stagiaires décèdent durant une randonnée au programme d'un stage. Une mort jugée accidentelle.


En fin de compte, Gabriel Loison aura toujours réchappé des poursuites. Le natif des environs d'Angers sera une seule fois inquiété par la justice. En 1964, à son retour de la guerre d'Algérie, il est condamné à quinze ans de prison pour des vols à main armée. Depuis, il est soupçonné d'avoir troqué la manipulation contre la violence.

mercredi 6 avril 2011

Enquête : La dérive criminelle d’une artiste sous influence

En prison depuis six mois, soupçonnée de viol, la compagne du gourou Gabriel Loison reste solidaire de son mentor. Parcours d’une jeune femme perdue.


« Je suis atterré qu’une fille aussi brillante ait pu suivre un type aussi petit. » Gaël (*), un ami de jeunesse de Julie Baschet, n’en revient toujours pas d’avoir appris son arrestation, le 25 mars dernier, dans un appartement de Jaca, petite ville espagnole à une trentaine de kilomètres de la frontière française. Immédiatement à son retour du Costa Rica, d’où la jeune femme de 37 ans arrivait en compagnie d’un homme au sombre profil, Gabriel Loison, 70 ans, président fondateur de l’Université de la relation, une structure désormais considérée comme le théâtre de dérives sectaires. La raison de ces arrestations ? Des soupçons de viol sur mineure de moins de 15 ans. En l’occurrence, une jeune fille de 14 ans qui avait participé, avec ses parents, à l’un des nombreux « stages » organisés par l’« université » à l’étranger, entre l’Espagne, le Maroc et le Costa Rica.

Une femme "profondément blessée"

Depuis six mois, la jeune femme est en détention dans une maison d’arrêt bretonne. Toujours sous le coup d’une mise en examen qui pourrait, à l’issue de l’instruction du dossier, la mener dans le box des accusés d’une cour d’assises, au côté de Gabriel Loison, le « gourou » (nos éditions des 19 et 20 avril). Une situation délicate, qui ne colle pas vraiment avec la personnalité de Julie. Retour sur une vie arrêtée, mise en attente depuis qu’elle est soupçonnée d’avoir, selon une source policière, « participé à plusieurs ébats sexuels qui font l’objet de plaintes ».

Née de parents graphistes installés dans une calme commune des Yvelines, Julie intègre en 1995 l’Ecole des arts décoratifs, les prestigieux « Arts déco » de Paris. A son actif, un don pour le dessin. « C’était une fille très active, ultra-créative. Elle noircissait des tonnes de cahiers, tous les jours, tout le temps », se souvient Gaël, qui parle aussi de « quelqu’un de profondément blessé, qui donne envie de s’occuper d’elle ». Une jeune femme qui, « pour peu qu’elle ait trouvé l’amour dont elle a besoin, a la force d’un char d’assaut ». A la sortie de l’école, elle participe à l’édition de plusieurs livres pour enfants à vertus éducatives. Un auteur écrit les textes, elle se charge des illustrations. Une fille « très douée », selon plusieurs de ses amis.

A la fois "victime" et "auteur de crime" ?

Pour les policiers de la Cellule d’assistance et d’intervention en matière de dérives sectaires (Caimades, voir ci-contre), le cas de Julie Baschet est « très très compliqué pour les enquêteurs », selon une source proche du dossier. « C’est ce qu’on appelle en jargon policier une victime-auteur. » A la fois auteur présumé d’un crime donc, mais peut-être aussi la victime d’une emprise mentale. « Elle n’est pas folle, elle est responsable mais, du fait qu’elle peut être sous l’emprise du gourou, elle pourrait être moins responsable », analyse cette source. En tout cas, elle est décrite comme encore solidaire de Loison, grand prêtre de l’Université de la relation. « Elle interdit aux enquêteurs de la traiter en victime. »
Ce que confirme en partie sa petite sœur, qui, si elle refuse d’en dire trop, reconnaît que Julie est « sous influence ». Pour autant, l’explication n’est que partielle. « Elle n’a pas un rôle passif, pas un rôle d’adepte », poursuit une source policière. Qui est Julie Baschet ? Une femme « amoureuse », « subjuguée par Gabriel Loison » ? Selon Benoît Rousseau, son avocat, une femme qui « a pu croire profondément, de manière sans doute un peu idéale, aux enseignements de vie de Gabriel Loison ».

"J’ai remué ciel et terre…"

C’est vers 2004 que se produit la rencontre entre la jeune artiste et le leader charismatique. Julie surprend nombre de ses proches quand elle décide de partir pour le Costa Rica. Manon (*), une de ses amies, avoue s’en être inquiétée. « J’ai remué ciel et terre pour l’empêcher de partir, raconte la jeune femme. J’ai contacté des associations, j’ai même essayé de la faire interner. » Mais rien n’y fait, la dessinatrice que Manon décrit comme d’une « intelligence remarquable, profondément structurée, capable d’une analyse très fine et de démonter une idéologie », s’envole vers l’Amérique centrale. Elle n’est déjà plus la même. La jeune femme renfermée s’habille désormais comme une « bombe sexuelle ». Expériences chamaniques, « trucs ésotériques », éloignement des proches… Une spirale enrayée de manière brutale. Pour le bien des victimes, peut-être aussi celui de Julie Baschet.
(*) Les prénoms ont été changés.


ÉCLAIRAGE
Des flics contre l’emprise mentale
Fondée il y a deux ans exactement, la Caimades fait partie de l’Office central de répression des violences aux personnes (OCRVP). Sa mission : déceler dans des dossiers pénaux les signes d’une « dérive sectaire ». La difficulté, selon le commissaire Frédéric Malon, à la tête de l’OCRVP : « prouver les cas de manipulation mentale, d’emprise ». « Ce sont des notions de psychologie que nous devons traduire en langage policier. Par exemple, est-ce qu’une relation sexuelle consentie, mais consentie dans une situation d’emprise, est réellement consentie ? » Les cinq enquêteurs spécialisés de la cellule s’évertuent ainsi, dans une quinzaine de dossiers ouverts en permanence, à établir ces faits ; et pour ce, retrouver des victimes, les convaincre de parler, explorer les « techniques propres à altérer le jugement » et mettre hors d’état de nuire les manipulateurs.

Jérôme Sage